Solutions globales pour une rénovation durable du logement collectif
MENU

Diagnostic technique et expertise

Notre équipe d’architectes et d’ingénieurs dispose de l’ensemble des compétences pour la réalisation des études suivantes :

  • Audits techniques
  • Audits énergétiques et études thermiques
  • Etudes d’opportunités
  • Expertise suite à sinistre

Outils utilisés : Utilitaire interne développé à partir de Perf NR_Bat (COSTIC), Archipad©, questionnaires online (cf lien ci-dessous)

Domaines d'application

Diagnostic technique global (DTG)

Les articles L731-1 à L731-5 du Code de la construction et de l’habitation ont introduit le principe d’un diagnostic technique global ou « DTG ».

Le DTG permet d’assurer l’information des copropriétaires sur la situation générale de l’immeuble et d’envisager d’éventuels travaux à mettre en œuvre dans le cadre d’un plan pluriannuel de travaux.

Le DTG comporte :

  • Une analyse de l’état apparent des parties communes et des équipements communs,
  • Un état de la situation du syndicat des copropriétaires au regard de ses obligations légales et réglementaires,
  • Une analyse des améliorations possibles concernant la gestion technique et patrimoniale de l’immeuble (état de l’immeuble),
  • Un diagnostic de performance énergétique de l’immeuble ou un audit énergétique,
  • Une évaluation sommaire du coût ainsi que la liste des travaux nécessaires à la conservation de l’immeuble (notamment sur les 10 prochaines années).

Dans ce cadre, ISOME a développé spécifiquement pour les copropriétaires le Réno-Mémo©, outil pédagogique d’aide à la décision répondant de manière adaptée à chaque situation, argumentée et illustrée aux questions légitimement posées par les maitres d’ouvrage : pourquoi, comment, combien, quand ?

Le Réno-Mémo© répond en tous points à la réglementation relative au DTG.

Si votre copropriété fait l’objet d’un DTG par notre société, nous vous invitons à compléter notre questionnaire.

Audit Global Partagé

Hérité d’une initiative de l’ARC et Planète Copropriété, l’Audit Global Partagé comprend :

  • un état des lieux architectural et technique de la copropriété ;
  • une analyse des améliorations possibles concernant la gestion technique et patrimoniale de l’immeuble ;
  • un audit énergétique réglementaire de l’immeuble (cf. ci-après) ;
  • la liste des travaux nécessaires à la conservation et à l’amélioration énergétique de l’immeuble (jusqu’au niveau BBC) et les coûts estimatifs associés.

L’audit que nous proposons respecte l’ensemble des exigences détaillées dans le bordereau d’engagement de l’auditeur téléchargeable sur les sites suivants :

  • Projet en région parisienne ;
  • Projet à Nantes Métropole.

Il est compatible avec le Diagnostic de Performance Énergétique collectif (DPE) et le Diagnostic Technique Global (DTG), qui peuvent nous être demandés en option.

Si votre copropriété fait l’objet d’un Audit Global Partagé par notre société, nous vous invitons à compléter notre questionnaire.

Audits énergétiques

Le décret n°2012-1342 du 3 décembre 2012 et le décret n°2012-111 du 27 janvier 2012 complété par l’arrêté du 28 février 2013 ont rendu obligatoire la réalisation resp. d’un diagnostic de performance énergétique et d’un audit de performance énergétique  pour les bâtiments resp. de moins de 50 lots et de 50 lots ou plus (tous lots confondus) équipés d’une installation collective de chauffage ou de refroidissement et dont la date de permis de construire est antérieure au 1er juin 2001 ; l’audit devait être réalisé dans un délai de cinq ans au plus tard à compter du 1er janvier 2012.

A la suite de l’établissement et de la présentation de l’audit, la Loi précisait que la copropriété doit inscrire à l’ordre du jour de l’assemblée générale une présentation synthétique de l’audit par la personne qui l’a réalisé.

Ces obligations prévues par la Loi avaient pour objectif d’amener les copropriétaires vers une démarche de sobriété énergétique par la réalisation de travaux adaptés. On entend par là des travaux :

  • Optimisant le confort des copropriétaires ;
  • Maximisant le retour sur investissement compte tenu des économies d’énergie générées et des aides financières existantes, abondantes dans la région ;
  • Apportant réellement les résultats évalués par le calcul, après la mise en œuvre ;
  • Dans le cadre d’une démarche cohérente et donc nécessairement globale.

Le choix des copropriétaires de réaliser des travaux d’économies d’énergie doit nécessairement s’appuyer sur un outil d’aide à la décision faisant la démonstration de la pertinence des travaux de rénovation retenus et des contreparties tangibles attendues de la rénovation, en termes d’économies dans le temps et d’aides financières, c’est précisément ce que propose ISOME.

Certaines copropriétés n’ont pas encore réalisé l’audit énergétique obligatoire ou d’autres souhaitent réaliser cet audit quand bien même ils ne sont pas soumis à cette obligation ; nous sommes en mesure de répondre à leur besoin.

Si votre copropriété fait l’objet d’un audit énergétique par notre société, nous vous invitons à compléter notre questionnaire.

Analyses thermographiques

La thermographie ou thermographie infrarouge est une technique permettant d’obtenir une image thermique d’une scène par analyse des infrarouges. La thermographie infrarouge, si elle ne permet pas de quantifier les déperditions d’un bâtiment, donne une vision imagée de ces dernières par des gradients de température (du bleu au rouge) et peut mettre en évidence certaines pathologies d’un bâtiment (absence d’isolation, ponts thermiques, défauts d’étanchéité à l’air, etc.) de manière pédagogique.

Régime d’application de l’arrêté du 30 mai relatif au ravalement des façades

Toute copropriété souhaitant engager un ravalement de sa façade doit s’interroger sur le régime d’application du décret n° 2016‐711 du 30 mai 2016 relatif aux travaux d’isolation en cas de travaux de ravalement de façade, de réfection de toiture ou d’aménagement de locaux en vue de les rendre habitables.

En effet, cette Loi oblige à « embarquer » des travaux d’isolation thermique en cas de ravalement de façade, de réfection de toiture ou d’aménagement d’une pièce initialement non habitable en pièce habitable.

Toutefois, de nombreuses dérogations existent et l’obligation d’isoler ne s’applique pas aux travaux pour lesquels le devis d’engagement de la prestation de maitrise d’œuvre ou, à défaut, de la prestation de travaux a été signé avant le 1er janvier 2017.

Quatre types de dérogations sont possibles, en cas de contrainte :

  1. Technique, si les travaux d’isolation entraînent un risque de pathologie du bâtiment
  2. Juridique, si les travaux ne sont pas compatibles avec les règles d’urbanisme
  3. Architecturale, si les travaux d’isolation altèrent la qualité architecturale du bâtiment
  4. Economique si les travaux d’isolation ne sont pas rentables : temps de retour sur investissement du surcoût induit par les travaux d’isolation > 10 ans, déduction faite des aides.

 

L’étude spécifique que nous proposons vise à vous préciser si votre bâtiment se trouve dans l’un de ces 4 cas de dérogations.

Expertise technique

Problème rencontré en fin de Garantie Décennale, Garantie de Bon Fonctionnement ou Garantie de Parfait Achèvement, dysfonctionnement d’une installation, situation de péril à sécuriser et corriger : nous sommes en mesure de mandater un ou plusieurs experts selon les spécialités concernées, pour identifier l’origine du sinistre et proposer des mesures correctives.

FERMER